PDV ou le plan de la HONTE
Le 13 octobre se tenait la réunion sur le plan de départ volontaire. Etant donné que l'entreprise n'a pas respecté les préconisations de la DIRECTE (l'organisme du ministère du travail en charge d'homologué le projet), la CGT demande que l'accord sur les mesures sociales, qui sont en dessous du minimum légale et qui ont été signées le 8 juillet 2016 par toutes les organisations syndicales sauf la CGT, soient renégociées.

Malheureusement, ces mêmes organisations syndicales qui avaient signé aveuglément cet accord ont quitté les négociations dans l'attente des réponses aux questions posées depuis des mois par la CGT et dont la direction avait promis des réponses en contrepartie de la signature de l'accord.
La CGT demande à nouveaux de revoir cette organisation qui n'a pas de justification économique et de donner toutes les réponses aux salariés sur leurs avenir et l'évolution de leurs postes dans cette nouvelle organisation.

Pour l'instant le projet est reporté le temps des négociations et ne pourra pas aboutir dans l'état actuel des choses.

 

 

CGT Carrefour Banque

PLAN SOCIAL : LA CGT DIT NON

CLIQUER SUR LE DESSIN et aller sur le rapport financier 2015 aux pages 59 et 60 et lisez les articles 6.1 et 6.4
CLIQUER SUR LE DESSIN et aller sur le rapport financier 2015 aux pages 59 et 60 et lisez les articles 6.1 et 6.4

LA CGT PROPOSE UNE NEGOCIATION A L'ENTREPRISE



 

 

La CGT demande à la direction d'ouvrir les négociations sur la restructuration et surtout sur un nouveau modèle opérationnelle dans lequel les agences seraient au coeur de nos stratégies commerciales.

 

Face au refus de la direction d'aborder avec la CGT la redynamisation du réseau avant d'envisager des suppressions de postes, la CGT à quitter la table des négociations.

 

Le combat ne fait que commencer nous ne laisserons pas les salariés payer pour les erreurs de stratégies de nos dirigeants.

 

Rejoignez-nous entrez en résistance !

C'EST QUOI UN DEPART VOLONTAIRE ?



Définition

Le plan de départ volontaire est mis en place par une entreprise lorsque celle-ci souhaite réduire sa masse salariale sans recourir au licenciement pour motif économique, dont la procédure, particulièrement lourde, peut engendrer certaines difficultés de mise en oeuvre (difficultés de reclassement, problèmes sociaux, formalités de licenciement, etc.). 

Conditions

L'entreprise doit tout d'abord définir le contenu du plan qu'elle souhaite mettre en oeuvre. L'employeur fixe ainsi le nombre de départ prévu en précisant les secteurs et les postes concernés. Le départ volontaire est ensuite proposé aux salariés. Ces derniers sont libres d'adhérer au plan ou de refuser ce dernier. 

Démarches

En cas d'adhésion du salarié, la rupture du contrat de travail prend la forme d'une rupture amiable. Il n'y a donc pas de licenciement. Le départ est librement négocié avec l'employeur. 
Il n'y a donc ni entretien préalable, ni préavis, i obligation de reclassement. 

Indemnisation

L'accord conclu entre l'employeur et le salarié va prévoir des indemnités de départ à verser à ce dernier, qui seront plus avantageuses que les indemnités de licenciement pour motif économique. Leur montant est préalablement négocié entre les parties avant la conclusion de l'accord. 

Chômage

Les salariés quittant l'entreprise dans le cadre d'un départ volontaire bénéficient des indemnités de chômage.